Pierre Vreysen & Griet Hutsebautguérisseurs

la preuve : hémorragies cérébrales

Appel au monde médicale

Contactez-nous

soins énergétiques

" Il faudra apprendre à vivre avec son mal "

Pierre Vreysen et Griet Hutsebaut reçoivent, en tant que guérisseurs paranormaux, quotidiennement des gens souffrant de troubles et de maladies chroniques, comme p.ex. le SFC ( le syndrome de fatigue chronique ) et la fibromyalgie, la SEP ( la sclérose en plaques ), la mucoviscidose, les maladies cardiaques, la maladie de Crohn, l’épilepsie, le diabète, les maladies du cerveau, l’incontinence, l’affaissement de l’utérus, les problèmes concernant la stérilité. On traite en plus : les troubles d’équilibre, les problèmes de circulation sanguine, les anomalies hormonales, la dyspepsie ( l’indigestion ), les troubles articulaires, les problèmes concernant le manque d’énergie et concernant l’immunité, les maladies métaboliques. On qualifie notre thérapie en tant que thérapie alternative, mais en fait elle est complémentaire ( supplémentaire ). Cela veut dire qu’il est très important que tout ceux qui viennent chez nous continuent à consulter leur médecin ou leur spécialiste. Hélas, il existe que trop de préjugés à propos du travail qu’accomplissent les guérisseurs. Ceci est évidemment en grande partie à imputer au refus de la plupart des gens à creuser de façon objective et approfondie cette matière pourtant si passionnante.
En plus, beaucoup de gens croient posséder eux-mêmes le don de guérir, mais ils ne parviennent à rien, avec toutes les conséquences qui en découlent évidemment. En outre certains guérisseurs vouent plus d’importance à leur personne ou à leur rentrées pécuniaires, qu’au pur respect de leur don. Le résultat de tout ceci est qu’on a tendance à généraliser, surtout si on a eu de mauvaises expériences avec de moins bons guérisseurs ou avec des incapables.

 

Une mise au point par rapport à certains préjugés: 

 

1. Nous n'incitons pas les gens de ne pas aller consulter leur médecin, comme on le prétend souvent très injustement.


" Il faudra apprendre à vivre avec son mal " est un verdict que beaucoup de gens entendent de leur médecin ou à la clinique, avant d’être venu nous voir. Quant, finalement, ils aboutissent chez nous, ils ont pour la plupart subi un calvaire et ils n’ont plus le temps ou la patience d’attendre de résultats durables. C’est tout à fait compréhensible, mais pas réaliste. Quand les problèmes de santé persistent déjà depuis plusieurs années, le corps humain ne se laisse pas directement faire. Si d’autres thérapeutes n’ont pas pu remédier aux problèmes, il est évident que notre thérapie exige de la patience. La plupart des gens se tournent d’abord vers les thérapies classiques, et ensuite ( ou tout en même temps ) vers les traitements alternatives les plus connues, avant d’oser se risquer au traitement le plus " excentrique " des thérapies alternatives :  l’imposition des mains. " Ce qui est inconnu est mal-aimé "  s’applique ici en toute évidence. Le don de guérir semble être encore et toujours pour la plupart des Belges un grand mystère, ou plutôt une question inconcevable, que certains doivent approfondir à tout prix. En premier lieu, la plupart accordent à peine de crédit à notre connaissance, notre savoir-faire et notre expérience de plusieurs années, mais ils veulent bien s’y prêter, parce qu’ils n’acceptent pas et ne supportent plus de vivre avec leurs douleurs chroniques, ni avec leurs souffrances ou maladies chroniques.

Pourquoi ne pas creuser plus profondément cette thérapie archiséculaire ( cf. la liste des livres passionnants à ce sujet sur ce site ) qui par surcroit est appliquée partout dans le monde et qui intrigue de plus en plus de chercheurs scientifiques ? Et pourquoi attendre qu’il soit pratiquement trop tard avant de venir chez nous pour ensuite exiger un miracle dans les plus courts délais ? Aux gens impatients, nous leur disons : " si vous vous attendez à un miracle, allez à Lourdes " ( bien qu’on y croit nous-mêmes à 100% ! )
Il est évident qu’un bon guérisseur conseille aux gens d’aller consulter un médecin au cas ou des soins médicaux classiques s’ imposent. La collaboration entre thérapeutes classiques et alternatifs existe déjà partout en Europe en aux Etats-Unis. Pourquoi pas en Belgique ?

 

2. Nous ne convainquons pas les gens en leur regonflant le moral ou en leur accordant une attention plus personnalisée, pour qu’ils aient confiance en notre thérapie. On peut étudier et mesurer scientifiquement les résultats que nous obtenons. D’ailleurs notre porte reste toujours ouverte à une recherche objective à ce propos.


Il arrive si fréquemment que les gens viennent nous raconter que leur médecin ou leur spécialiste était agréablement surpris que leur santé – malgré un pronostic défavorable – connaisse une issue inexplicablement ( très ) favorable. Si le patient leur parle de la contribution de notre thérapie, il y a toujours très peu de médecins qui y prêtent foi. Cela nous le comprendrons jamais. Au début ils applaudissent les résultats inattendus et durables et puis ils réagissent d’une façon rébarbative et irritable quand ils apprennent que ces résultats ont été obtenu grâce à une thérapie alternative. Le médecin ne devrait-il pas être heureux que son patient aille mieux ? Si, bien sûr ! Il en résulte que peu de gens osent tenir leur médecin informé de nos thérapies supplémentaires. Des scientifiques sceptiques préfèrent croire que le nombre de " guérisons spontanées " augmentent miraculeusement plutôt que d’accepter que l’énergie puisse guérir quoi que ce soit, parce que cela sort de leurs cadres ( lisez : dogmes ) scientifiques.
En ce qui concerne la fable de la persuasion :  si cela concerne uniquement des maux physiques ( et qu’il n’y a à peine question de tensions dans l’aura ), il n’est même pas nécessaire de parler avec les gens pendant le traitement, bien que ce soit bien sûr plus agréable. En fait, nous servons seulement de " transmetteur " : c’est l’énergie qui fait le travail. Pourtant il y a de plus en plus de jeunes et d’adultes dépressifs ( chroniques ) ces dernières années. Il est donc crucial que les gens prennent conscience de leurs conflits intérieurs et qu’ils puissent ainsi apprendre à mieux gérer le stress et les tensions émotionnelles par une bonne conversation – en plus du traitement.


Note : Quand nous traitons des bébés gravement malades et de petits ou de grands animaux ( on ne peut soigner les animaux, par manque de temps - et cela à notre grand regret, parce que les chiens et les chevaux sont des " patients " agréables et reconnaissants ) on peut leur parler longuement avant qu’ils ne nous donnent, en tant que thérapeute, l’avantage du doute. Les enfants et les animaux ne se posent pas de questions concernant l’efficacité de notre thérapie, ils ne se cassent pas la tête en se demandant si cela fonctionne ou pas. Non, au contraire, ils ne pensent uniquement que par leurs sensations : si la sensation est bonne, ils s’y adonnent complètement. S’ils ne se sentent pas bien, on peut même plus les désigner du doigt. Dans le fond, ils sont bien plus critiques que la plupart des adultes sceptiques. 

Pour les enfants et les animaux, il n’y pas de compromis: la sensation est bonne ou elle ne l’est pas. Les adultes oublient de plus en plus à réfléchir à partir de leurs sensations et de leur intuition,… en outre la plupart des gens ne s’informe même pas à fond à propos du travail que nous effectuons ( bien que leur raison leur conseille de le faire en d’autres situations ) et par conséquent, il jugent sans connaissance de cause. Cela n’a plus rien à voir avec une attitude critique ou sceptique, ce sont d’aveugles préjugés que la plupart proclament comme la vérité. Dommage ! 

 

3. Une autre opinion erronée est la conviction que les gens qui ont le plus de foi en notre thérapie, obtiennent aussi les meilleurs résultats ( l’effet placebo ). 

 

D'après notre expérience le contraire est souvent le cas. Bien que les préjugés de certains soient obstinés, il arrive parfois que ces gens hésitants ou même carrément négatifs obtiennent étonnammSDDent assez vite les meilleurs résultats. En effet, bien que cela paraisse incroyable : leur santé s’améliore assez rapidement nonobstant leurs préjugés, bien qu’ils l’attribuent au départ à tout autre possible facteur, qu’ils puissent imaginer. La plupart de ces gens ne viennent pas par conviction ou par confiance et encore moins pas naïveté chez nous : ils nous offrent l’avantage du doute par cruelle nécessité. Il serait erronée de supposer ( avec l’attitude prétentieuse et le ton condescendant des gens pour qui leur manque d’information objective et leur ignorance à propos de notre travail en tant que guérisseur, ne pose pas d’embarras ) que ce soit la classe sociale " inférieure " ou les gens peu diplômés qui fassent appel à nous. Une enquête en Angleterre – ce pays a toujours été à ce propos un précurseur important, cf. les nombreux médecins qui élargissent constamment leur thérapie classique et leur connaissance avec des concepts alternatifs – a démontré que c’est justement le contraire : les Anglais hautement qualifiés, font de plus en plus tôt et de plus en plus souvent appel à des guérisseurs alternatifs. Ceci est aussi fort compréhensible : les gens aimeraient – dès l’apparition de certains symptômes – d’abord faire appel à des médecines ‘’douces’’ pour ensuite – s’ils doivent suivre une cure drastique ou s’ils doivent subir une intervention – se tourner vers les thérapies classiques. 

 

Nous recevons chez nous des gens de tous rangs et classes sociales, mais depuis le premier jour les gens doté d’un diplôme supérieur ressentent eux aussi chez nous le profit de notre thérapie ( il n’est donc pas nécessaire de comprendre par la raison l’effet guérissant et l’effet du bien-être  par la chaleur de l’énergie ) : des mathématiciens, des ingénieurs, des psychologues, des pharmaciens, des épouses de médecin, des kinésithérapeutes, des hommes d’affaires, etc… Dès le début de notre thérapie, ils ne sont pas plus ou moins ouverts à notre travail que d’autres. 


4. Une autre conception bien ancrée : nous lutterions temporairement contre les symptômes par des techniques d’hypnose ou par la force de la suggestion, ou nous ferions disparaître provisoirement les maux tout comme par ‘’magie’’.

 

Non, vraiment pas, nous essayons de prendre la maladie, qui cause tant d’ incommodités, de dérangements et de mal, par la racine. Notre thérapie exige d’ailleurs souvent trop de temps et de patience, pour qu’on puisse parler d’une thérapie magique ou d’un ‘’miracle’’, … pour tout qui du moins définie un miracle en tant qu’une ‘’guérison instantanée et rationnellement inexplicable’’. Par exemple : un foie qui fonctionne moins bien doit être stimulé par de l’énergie pendant plusieurs mois, avant que les symptômes de migraine et/ou de démangeaison, qui vont parfois de pair avec une fonction troublée du foie, diminuent ou disparaissent.

 


 

 

 

TOP

L'aura en tant que champ énergétique

Dans la nature toute créature possède une aura : l’homme, l’animal, la flore et aussi notre Terre-Mère. L’aura ( le corps spirituel ou sensoriel ) des hommes est présente en tant qu’un champ énergétique vibratoire autour de leur corps physique et en est aussi une copie. Grâce à notre don de clairsentience ( une capacité de ressentir les choses, qui s’affine de plus en plus ) nous sommes capables de ressentir l’aura avec nos mains. Ce ‘’champ de rayonnement ‘’ nous donne toute information, à propos des blocages et dérèglements, non seulement physiques, mais aussi psychiques et/ou émotionnels. Par l’action de notre énergie curative sur l’aura et le corps, l’organisme fonctionnera de mieux en mieux. Parfois il est nécessaire de purifier d’abord l’aura de toutes tensions, pour qu’ensuite le corps physique puisse accepter et gérer l’énergie positive.

TOP

Tout est énergie: les rayonnements, les vibrations et les ondes

" The progress of science is inhibited by imbuing young minds with an incorrect idea of the nature of reality, and the pernicious philosophical idea that man is made of classically conceived matter is not exposed as being incompatible with the empirical facts. " ( Henri Stapp, physicien quantique )

 

“ I shall not commit the fashionable stupidity of regarding everything I cannot explain as a fraud. ” ( C.G. Jung

 

Le cosmos est imbibé d’énergie. Tout sur terre est imprégné de rayonnements, de vibrations et d’ondes. Le tout est continuellement en mouvement : les champs énergétiques échangent énergies et informations entre eux. Ce que l’homme ressent, pense, dit et fait, possède une énergie et a donc une influence sur les champs énergétiques des hommes et des lieux tout autour de nous. Qui n’est d’ailleurs pas spontanément conscient du rayonnement positif ou négatif des êtres, des maisons et de l’entourage ? Ce que nous appelons un don paranormal, est en fait un pouvoir - très ancien mais depuis longtemps oublié – de l’homme à travailler avec l’énergie cosmique. Convertir l’énergie cosmique en énergie curative, voilà ce que nous faisons ainsi que d’autres guérisseurs à travers le monde. L’énergie que nous transmettons se caractérise pour beaucoup de personnes par une chaleur bienfaisante, qui parfois – et en contradiction à la chaleur de contact – se ressent intensément pendant plusieurs heures dans les organes et les tissus traités.
Par des traitements hebdomadaires un progrès graduel s’instaure dans l’état de santé du patient, avec comme résultats moins de malaises chroniques ou moins de mal.
 

TOP

Une aura rayonnante et un corps sain

" Réunis avec la nature et conscients qu’ils en font part, les personnes du troisième millénaire ressentent probablement aussi le désir de se réconcilier avec elles-mêmes. Elles se demanderont inévitablement pourquoi elles devraient encore trouver refuge dans le progrès, vers toujours plus de technologie, de production et de consommation. Elles ressentiraient un irrésistible besoin à aimer, à rire et à danser. Tout simplement parce qu’elles se souviendraient que créer un équilibre et une cohérence de corps et d’esprit est la meilleure façon de se maintenir en bonne santé, tout comme la bonne santé de la planète sur laquelle nous vivons. " ( extrait de " la solution intérieure " de Thierry Janssen, chirurgien et psychothérapeute belge )

 

Celui qui, depuis des années, se sent malheureux et qui est à bout de force à cause du stress quotidien, n’obtient que rarement de résultats positifs au point de vue de santé et n’en obtiendra pas d’avantage avec notre thérapie. Il s’agit ici surtout de ces gens, qui ont déjà essayé toute une série de thérapies et qui posent la responsabilité de leur santé et de leur bien-être auprès du médecin ou du thérapeute alternatif. Ils considèrent que leur santé est une réalité isolée et purement matérielle. Ce n’est pas parce que le corps physique est de nature matérielle, qu’il se comporte indépendamment de l’esprit. Un esprit positif contribue certainement à la santé du corps. Chacun doit travailler à un équilibre émotionnel parce qu’une belle aura et une bonne santé vont de pair. Beaucoup oublient ou refusent de croire que, par exemple, les organes du corps ne résistent pas à une conduite de vie constamment pessimiste ou négative. Les notions ancestrales de la médecine orientale confirme ceci : " Le corps suit ce que l’esprit pense ". Les reins en tant que siège des émotions, le cœur en tant que siège des sensations, le foie est l’organe des soucis, etc …

Cependant nous rencontrons souvent des gens ayant une maladie grave ou un handicap possédant une aura resplendissante. Il s’agit d’un petit groupe de gens, qui ne laissent pas porter atteinte à leur bien-être par une santé déplorable. S’il n’y a pas accumulation d’un fouillis émotionnel dans l’aura, l’énergie que nous donnons pourra se consacrer complètement à la stimulation du corps physique ( ce qui se traduit par une meilleur santé ) et émotionnel ( ce qui conduit à plus de gaieté ). Cela exige du malade-même et du thérapeute du temps et de la patience, avant que le mal chronique s’atténue ou avant qu’une longue maladie puisse être arrêtée, ou la santé améliorée. Ceci est autant plus compréhensible, sachant que la plupart des gens sont malades depuis plusieurs années avant qu’ils ne viennent chez nous.
La médecine occidentale a comme définition de la santé : combattre la maladie et les inconvénients de la meilleur façon qui soit, mais ... 

 

" In disease, most of us only see the danger - the danger of suffering, maybe even the danger of death. Suppose instead that you also see it as an opportunity to probe deeper into yourself, into your supramental domain of consciousness." (... ) Wouldn't it be nice if we went from our excessive preoccupation with disease to a preoccupation with health? If we learned to look at the glass as half-full instead of half-empty? For one thing, this would contribute to eradicating the fear of death that drives our preoccupation with illness. " ( Amit Goswami in " The Quantum Doctor: A Physicist's Guide to Health and Healing "
  
 

TOP

Pas de thérapie miracle, mais de merveilleux résultats

Nous n’accomplissons pas de miracles, mais nous parvenons à obtenir de beaux et parfois de merveilleux résultats ( des petits miracles ). En tant que guérisseurs nous avons la capacité et la possibilité de travailler avec de l’énergie curative, ce processus d’apprentissage fascinant et interminable nous confère une source immense de satisfaction. Ce ne serait pas de la fausse modestie que de prétendre que nous ne sommes pas plus qu’un canal pour l’énergie cosmique et curative. Les forces curatives seront d’autant plus puissantes, si le guérisseur travaille en toute âme et conscience. D’ailleurs, tout ceux qui parviennent à mettre de côté leur ego et à ouvrir consciemment leur canal à la profusion d’énergies cosmiques, recevront de l’inspiration artistique et musicale, des concepts scientifiques, de la sagesse spirituelle ou … de l’énergie curative. Bien sur à chaque compétence, comme à chaque don ( supérieur ) et art ( supérieur ), il y a des gradations, qui sont le résultat des expériences, acquises dans des vies antérieurs." Chaque homme est un créateur " ( Asait – Sonia Hoste ) qui – comme nous le faisons avec notre thérapie – puise des énergies de la Source Inépuisable. Ce que nous appelons donc " les forces curatives ", " la sagesse acquise ", " l’inspiration " et " l’intuition ", " les découvertes scientifiques fortuites ", ne jaillit que rarement de l’esprit ou de la compétence d’une personne, mais afflue de " La Source ", un réservoir d’énergie cosmique gigantesque. De grands artistes, des philosophes et des scientifiques en sont conscients et restent pour la plupart très humbles.


Nous pouvons être fiers de notre don curatif et de nos résultats, mais nous restons conscients de la différence entre la Source ( de laquelle afflue l’énergie ) et le canal que nous sommes. Nous faisons office de transmetteur d’énergie. Parfois nous sommes impuissants – malgré nos efforts et ceux du patient. La spirale négative dans laquelle la santé – p.ex. en cas de maladies chroniques peut retomber, ne peut pas toujours être enrayée ou arrêté par notre énergie.

Même si nous sommes conscients de la force énorme des énergies curatives et malgré nos notions croissantes en matière de santé et de la liaison corps-esprit, nos limites en tant que thérapeutes nous laissent humbles. Nous ne sommes pas de faiseurs de miracles, notre thérapie a besoin de temps pour aider le corps, mais parfois - quand il y a eu trop de défaillances - il est trop tard et nous ne pouvons plus rien faire. Tout en tenant compte du fait que le corps humain possède une intelligence énorme et un pouvoir auto-guérissant et une patience sans fin. Quand on apprend à mieux connaître et à comprendre les principes d'hygiène de vie - et c'est un respect élémentaire envers le corps intelligent, que nous pouvons à juste titre appeler un temple - on ne doit pas être victime d'une sorte de " fatalité ". 

 

Quand les gens sont en mauvaise santé, ils se plaignent comme p.ex.: " voilà des années que je souffre du foie... ". En toute franchise, de temps en temps c'est le contraire. Voulons-nous donner les gens un sentiment de culpabilité? Non, pas du tout, mais ne serait-ce pas logique que non seulement le corps, mais aussi les guérisseurs soient impuissants si nous ne sommes pas prêts - ou en dernière instance seulement - à écouter notre corps ( presque ) complètement épuisé?

 

Malheureusement, certains se trouvent dans de mauvais draps, bien qu'on ait tout fait du côté individuel et médical, ils sont néanmoins co-responsables de leur bien-être général, dans les limites du corps physique.

 

 

Qu'en est-il de la malédiction du cancer...?

 

Notre traitement énergétique ne parvient pas toujours à arrêter une spirale négative, dans laquelle on se retrouve depuis plusieurs années, à cause de ses soucis de santé - comme p.ex. le cancer avec ou sans métastases. Bien-sûr nous comprenons certainement que pas mal de gens ne se soucient pas de " certains maux ", parce qu'ils les associent aux maux dus à leur âge " ce sont les années de transition " ou bien " à chacun ses souffrances ", il n'est pas pensable d'espérer un miracle de notre part, quand...

 

1. on a ignoré ou réprimé des années durant certains signes du corps

( il ne faut  donc pas toujours se résigner dans les cas suivants: les maladies héréditaires, un système immunitaire défaillant, fatigue ou maux chroniques...)

On devrait apprendre à faire plus attention à cette lente dégradation ou empoisonnement du corps dus à une mauvaise digestion qu'on a depuis de nombreuses années, ou par un mauvais métabolisme, ou par une défaillance des organes à cause d' une alimentation excessive ou incorrecte, du tabagisme, de l'alcoolisme, d'une médication excessive, d'un manque d'exercice, de trop de stress émotionnel, d'un manque de repos ou de détente, de rayons nocifs...

 

pour ensuite

 

2. essayer pendant autant d'années toutes sortes de thérapies qui s'en prennent plutôt aux symptômes qu'à la/les cause(s) de leurs problèmes de santé.

 

pour finir par

 

3. une visite éclair chez un guérisseur quand toutes les autres thérapies classiques et/ou complémentaires ne fonctionnent plus. 

   

TOP
Alle rechten voorbehouden Pierre Vreysen - Webontwikkeling en webdesign door Webdoos