Pierre Vreysen & Griet Hutsebautguérisseurs

la preuve : hémorragies cérébrales

Appel au monde médicale

Contactez-nous

le diabète

Le diabète

Tout d’abord un petit mot d’explication ( classique ) : " Diabète mellitus est une affection où on constate que le taux de glycémie ( un glucide simple ) dans le sang est anormalement haut parce que le corps ne sécrète plus assez d’insuline " .

 

Diabète du Type-1 : le diabète dépendant de l’insuline ( le pancréas produit peu ou pas d’insuline ).
Diabète du Type-2 : diabetes mellitus ( diabète sucré ) non dépendant d’insuline ( le corps développe une résistance contre les effets de l’insuline, à la suite de quoi il n’y a pas assez d’insuline pour satisfaire aux besoins du corps) .
" De nombreux et graves complications à long terme peuvent se manifester chez les diabétiques. Des taux de glycémie élevés dans le sang occasionnent une constriction aussi bien des petits que des grand vaisseaux sanguins ( l’arrivage du sang vers la peau et les nerfs diminue ) ( … ) Des taux de glycémie mal régulés occasionnent souvent une augmentation du taux des matières grasses dans le sang, ce qui mène à l’athérosclérose et une diminution de la circulation sanguine dans les grandes artères. A la longue, les taux de glycémie trop élevés et une mauvaise circulation sanguine occasionnent des dommages au cœur, au cerveau, aux jambes, aux yeux, aux reins, aux nerfs et à la peau. Ceci peut aboutir à des angines de poitrine, à des défaillances cardiaques, à une apoplexie, à des crampes dans les jambes pendant la marche, à une mauvaise acuité visuelle, à une insuffisance rénale, à des lésions nerveuses et à des lésions à la peau. Des infarctus et des apoplexies surviennent plus fréquemment chez les diabètes "

Manuel Merck, livre de médecine avec des informations médicales )

 

Cette ample description et énumération indique la complexité et la difficulté à traiter le diabète, et comme il serait judicieux d’appliquer aussi un traitement alternatif en plus du traitement classique. Ainsi les médecins et les thérapeutes peuvent conjuguer leurs efforts à réduire ou à diminuer le plus longtemps possible le dommage que le corps du diabète a encouru.

 

Notre expérience : Nous ne guérissons évidemment pas le diabète. L’énergie que nous transmettons stimule néanmoins le pancréas, ce qui améliore remarquablement et considérablement le fonctionnement de cette glande. Cela parait très clairement dans les résultats des recherches du spécialiste, qui constate que le patient s’injecte progressivement moins d’insuline. En outre l’énergie que nous transmettons réussit plus ou moins à améliorer la santé générale du patient et à s’attaquer aux sévères complications de la maladie ou à les retarder le plus longtemps possible ( problèmes aux yeux, aux artères, aux reins , … ) 


Nous voulons avertir les gens qu’ils ne doivent pas penser à nous tromper, ni leur propre corps, ni leur spécialiste : vu que notre traitement fait en sorte que les tests classico-médicales indiquent un état de santé de plus en plus positif, certains diabétiques retombent dans d’anciens et mauvais régimes alimentaires et en abusent que trop volontiers ( " le médecin ne le remarque pas parce que les résultats sont meilleurs qu’auparavant " ). Ils oublient que l’énergie et leur corps sont trop intelligents pour continuer à tolérer ceci à long terme. A tout instant et en premier lieu, ils sont eux-mêmes responsable de leur santé. Le temps est révolu que nous acceptons que certains diabètes nous disent au cours d’un premier traitement :  " Voyez-vous, je ne suis pas décidé à changer quoi que ce soit à ma façon de vivre et de manger, votre énergie me sert à ce que mon corps ne subisse pas trop de dommages, au bout du compte je vous paie pour cela " . Telle attitude témoigne d’un manque total de respect pour leur corps, pour le travail des thérapeutes, pour les lois de la santé et de toute évidence pour les lois de l’énergie intelligente, que nous transmettons.
 

TOP
Alle rechten voorbehouden Pierre Vreysen - Webontwikkeling en webdesign door Webdoos