Pierre Vreysen & Griet Hutsebautguérisseurs

la preuve : hémorragies cérébrales

Appel au monde médicale

Contactez-nous

le coeur de Griet pour les enfants

Les maladies chroniques chez les enfants et les enfants avec un handicap

"Je suis leur thérapeute, ils sont mes professeurs spirituels. " ( Griet )

  

Les enfants avec une maladie chronique ou avec un handicap mental ou physique, s’entendent généralement assez bien avec moi. S’il s’agit d’un enfant physiquement ou mentalement limité, ou s’il s’agit d’un reflux, d’asthme ou d’eczéma, d’épilepsie, d’allergies, des problèmes de digestion, de maladies métaboliques ou d’affections génétiques, on peut obtenir pas mal de choses par imposition des mains. Les enfants me comparent un peu avec un Harry Potter féminin qui exerce une thérapie " étrange ", mais qui parvient aussi à faire quelque chose qui leur fasse du bien. Nous remarquons que le corps des enfants réagit souvent plus rapidement et mieux à l’énergie que le corps des adultes. Le corps d’un enfant est encore en pleine croissance et il n’a parfois besoin, seulement, que d’un petit coup de pousse supplémentaire en cas de petits ou grands problèmes de santé. Les enfants ne sont d’ailleurs, en ce qui concerne notre thérapie, pas si naïfs que pourrait le croire la plupart des profanes : ils sont très intuitifs, parviennent à observer dans les moindres détails, ils sont plus honnêtes et alertes que les adultes et parviennent très bien à décrire ce qu’ils " ressentent ". Dès qu’un enfant a ressenti notre énergie – et qu’il m’a en même temps essayé de jauger en tant que thérapeute d’une façon, il est vrai, enfantine mais portant très perspicace – il se laisse assez facilement faire.

 

Notre expérience : Quand, de retour à la maison, le père d’un garçon de 5 ans, Steven, atteint d’eczéma grave, lui demandait ce qu’il pensait du traitement, il répondit brièvement : " ça fait du bien " ( voire aussi la rubrique " Les allergies, l’asthme et l’eczéma " ). D’ailleurs pour faire tenir calmement un enfant espiègle sur sa chaise pendant trois quart d’heure,  " il faut avoir, en tant que thérapeute, plus d’un tour dans son sac. " Des enfants très gravement malades ou sérieusement handicapés viennent nous voir. Les parents veulent alors combiner la thérapie classique à notre thérapie énergétique, parce que l’enfant ne parvient plus à évoluer. Lors d’un contrôle régulier chez le médecin, on confirme parfois plus tard que notre thérapie a joué un grand rôle dans le progrès qu’on a obtenu. Les parents viennent nous raconter p.ex. qu’un pédiatre avait constaté une très grave forme de reflux chez un enfant âgé de quelques mois ( " pour lequel seul une opération pouvait offrir une issue " dixit le médecin ), et que quelques mois plus tard il devait reconnaitre ( avec beaucoup moins de mots ) que notre thérapie avait réalisé " l’impossible ".

 

Pour les enfants de tout âge ( d’un nourrisson à un adolescent ), notre thérapie – transmettre de l’énergie par imposition des mains - peut pas mal les aider. L’énergie stimule en effet le corps en croissance pour mieux faire dérouler, et plus aisément, les fonctions du corps ( p.ex. en cas d’intestins atones ou d’une trop grande sensibilité aux infections ). Même les enfants avec une malformation de naissance, des troubles de l’ontogénèse, une maladie métabolique, des affections neuromusculaires, un handicap mental ou physique, peuvent ressentir une énorme amélioration grâce à notre traitement. Pas de guérison, mais bien une amélioration considérable de la qualité de vie. Ces enfants luttent en plus, non seulement contre l’handicap ou la maladie ou les gênes physiques ou la douleur en soi, mais très souvent il y a toutes sortes de plaintes supplémentaires dues, entre autres, par l’emploi prolongé d’une chaise roulante, des médicaments puissants, d’une digestion très pénible ou boiteuse,… et surtout à ne pas oublier les tensions émotionnelles ( l’insomnie, un comportement récalcitrant, le chagrin ) à cause ( de l’acceptation ) de problèmes de santé.
En outre, il y a tout un groupe d’enfants ou de jeunes qui à la suite d’un accident ont encouru des dommages au cerveau, et qui ont développé un handicap moteur ou autre. Quand la rééducation se passe péniblement, il peuvent eux aussi ressentir une amélioration grâce à notre traitement, bien que le principe suivant soit en vigueur: la partie du cerveau qui est détruite ne peut pas être rétablie par notre énergie, ce qui est détruit ne pourra jamais plus fonctionner. Cependant, quand il est question de dommage, certaines fonctions cervicales peuvent être stimulées par de l’énergie jusqu’à un rétablissement partiel voire considérable. Il est ici donc nullement question de guérison, pas question de réparer les dommages encourus, bien qu’il y ait un progrès évident concernant plusieurs points de santé pour l’enfant ou le jeune, pour ses parents et aussi pour le spécialiste. D’un dossier d’un patient apparait aussi pour le médecin que notre thérapie a réalisé une chose incompréhensible : un résultat qui n’aurait pas pu être obtenu en médecine classique.

 

Notre expérience

 

Quand Gregory, un petit garçon âgé de 4 ans, venait chez nous pour la première fois, il était dur de constater ce que les sévices infligés par la gardienne d’enfants avait provoqué ( 2 ans auparavant on lui avait cogné la tête contre le mur ). A cause des dommages au cerveau il parvenait à peine à parler, il était partiellement aveugle, et n’avait encore jamais marché librement. Les parents nous racontaient que le procès contre la gardienne d’enfants débuterait bientôt. Pendant les premiers mois du traitement, Gregory faisait un tel progrès que nous étions nous-mêmes plus qu’agréablement surpris. Après environ 4 mois, nous avions en ligne une mère débordante d’enthousiasme, qui avait déjà téléphoné à toute la famille pour raconter qu’elle avait vu son fils chanceler pour la première fois et sans aide à travers la chambre. Et ceci n’était que le début des perspectives positives concernant l’amélioration, parce que le cerveau endommagé de l’enfant réagissait déjà très bien à l’énergie, dès le premier traitement. Par nos longues années de travail avec les enfants avec un handicap corporel ( qui a parfois déjà débuté, il y a plusieurs années de ça ), il apparait, avec une certitude assez grande que de tels résultats positifs obtenus au départ, peuvent souvent surpasser nos propres prévisions finales. Hélas, après quelques semaines le traitement fut arrêté brusquement : sans coup de téléphone, sans aucune explication, les parents ne venaient plus. Un an plus tard nous avons appris par un ami journaliste ( qui habitait dans leur coin ) qu’on avait raconté aux parents pendant la préparation du procès que leur action en justice serait mieux servie s’ils se tenaient à la position suivante : " plus il y a d’handicaps chez l’enfant, plus on peut exiger des dédommagements à la partie adverse." Plus tard, nous apprenions d’eux – malgré les efforts de leur avocat pro deo – qu’ils ne recevraient qu’un montant négligeable parce que la partie adverse ( et leur avocat ) était trop forte vis-à-vis des parents socialement faibles. Cette sorte d’expérience pénible fait qu’on se dit parfois, en tant que thérapeute : " le comportement des gens est parfois un plus grande énigme que la maladie ou l’handicap-même ".

 

Dès bébés aux adolescents : les problèmes corporels ou psycho-émotionnels

 

 

Les bébés :

 

Nous traitons souvent des problèmes de reflux ( = le retour du contenu acide de l’estomac dans l’œsophage ) et, en outre, des problèmes intestinaux ( la diarrhée ou la constipation ) ou l’intolérance alimentaire, les allergies, l’eczéma, les pleurs excessifs ( par des causes physiques ou inconnues ) ou les stress ( l’insomnie ou l’agitation ) et pas mal de maladies métaboliques.

 

Les jeunes enfants :

 

Nous travaillons quotidiennement avec des enfants pour, entre autres, les retards de croissance ( des enfants pesant pas assez ou qui, pour des raisons inconnues, ne grossissent pas ), les problèmes de résistance ( des inflammations continues ( otites, angines,… ) ), l’asthme, l’eczéma, les rhumatismes chez l’enfant, les allergies alimentaires, les problèmes de digestion, le retard de développement, les problèmes de comportement, l’autisme, les céphalées, l’épilepsie, l’énurésie nocturne, les troubles de sommeil, les accès de colère, le TDAH, les troubles d’apprentissage, les anxiétés, les problèmes émotionnels à cause de brimades ou d’une situation familiale, les complexes d’infériorité, le manque de confiance en soi.

 

      ## Les enfants aves des malformations congénitales : En plus du traitement classique, les parents viennent souvent chez nous pour un traitement supplémentaire et un traitement de soutien pour des enfants avec des handicaps physiques et/ou mentaux. Beaucoup de jeunes enfants comme de ( jeunes ) adultes viennent nous voir pour obtenir une rééducation plus rapide après un accident. En outre nous travaillons à une diminution des plaintes qui surviennent de toute sortes d’affections congénitales comme : l’épilepsie, les problèmes de digestion, les problèmes intestinaux, les problèmes de résistance, les retards de croissance, le stress par la non-acceptation d’un handicap, le chagrin,…

 

     ## " Les enfants TDAH  " et les autistes :

 

Nous parvenons grâce à notre traitement a développer la mémoire et la concentration chez ces enfants et à faire en sorte qu’ils se sentent mieux dans leur peau. Par notre expérience il apparait que même en cas d’une très grave forme d’autisme, une aptitude à communiquer manifestement plus élevée se développe chez ces enfants : ils cherchent à établir un contact visuel avec leurs parents et/ou leur environnement, ils font clairement savoir ce qu’ils veulent ( en cas de trouble de la parole, un son clairement audible se développe en s’amplifiant après un certain temps ).

 

Les adolescents :

 

Ils viennent chez nous avec les plaintes suivantes : le manque d’énergie, les problèmes dermatologiques comme l’eczéma, les douleurs musculaires ou articulaires, le SFC et la fibromyalgie, les problèmes de résistance, les douleurs au dos, les céphalées, la dépression, les problèmes de mémoire et de concentration, les troubles d’apprentissage, l’irritabilité, le manque de confiance en soi et ne pas pouvoir se défendre, être victimes de brimades et comme conséquences des plaintes physiques et émotionnels.

 

Les problèmes de résistance: optimaliser la résistance du corps

 

Il y a, encore toujours, pas mal de questions non résolues en ce qui concerne une approche efficiente par rapport à la grippe, mais il est tout de même important d'essayer de renforcer ou de protéger le système immunitaire naturel - tout en prenant des mesures ( de prévention ) classico-médicales. La santé ( des enfants ou des jeunes ) n'est pas un domaine où on peut se permettre de penser que " on s'en occupera quand les problèmes feront jour... " C'est surtout important - si l'enfant connait une récidive d' infections, de virus et de mycoses - de " ne pas attendre que le système immunitaire s'épuise encore plus... prévenir vaut mieux que guérir ". 

 

Les allergies, l'asthme et le diabète... une autre approche, plutôt qu' une surmédication, est possible et même indiqueé.

La surmédication est devenu une maladie du siècle, et aussi bien les adultes que les jeunes gens en souffrent. " Si on ne trouve pas de médecin qui veuille en prescrire, on en recherche un autre, ou bien on en commende via internet", c'est ce qu'on entend souvent dire. Les adultes décident eux-mêmes s'ils veulent se faire soigner ou pas, mais la santé des enfants et des jeunes doit être suivie d'une façon compétente, mais même cette compétence laisse encore trop souvent à désirer...

Mise à part les avertissements des risques de surmédication, on ne peut jamais assez attirer systématiquement notre attention sur les risques d'un mode de vie et d'un régime alimentaire néfaste.

Les enfants et les jeunes sont en pleine croissance et ces processus ne demandent pas mal d'énergie à l'organisme. Par conséquence, il est parfois indiqué qu'ils reçoivent une aide supplémentaire d'une thérapie naturelle, comme notre thérapie énergétique. Nous avons de plus en plus affaire à l' accroissement de la pollution de l'air, de l'eau et même de pollution alimentaire délibérée et d'intoxication alimentaire ( comme la viande traitée aux hormones ). Il y a d'autre facteurs qui jouent un grand rôle, comme le manque d'exercice, l'obésité par une mauvaise alimentation/beaucoup trop de sucre et très souvent un stress excessif ( û aux défis d'une situation familiale moderne ou les harcèlements à l'école ou ailleurs ). Tout ceci a ses conséquences sur la santé physique et émotionnelle des enfants et des jeunes. Les émotions ont un très fort impact sur la santé physique, nous devons donc comprendre qu'il faut porter beaucoup plus d'attention à l' interaction du corps et des émotions. Le corps physique et la vie émotionnelle de pas mal de jeunes se retrouvent face à d'énorme défis, pour lesquelles les thérapies classiques ne peuvent porter de soulagement.

Comme pour chaque thérapie complémentaire, notre traitement préfère prévenir, que guérir. Il n'est pas question d'attendre que les bébés, les jeunes ou les jeunes adultes se retrouvent dans un cercle vicieux des maladies de notre civilisation, comme les problèmes pulmonaires chroniques ( bronchite chronique, allergies ou asthme ) ou les problèmes digestifs récurrents ( douleurs de l' estomac et d'intestins, dues au stress ou pas ) ou le diabète. Pourquoi p.ex. prendre le risque que de jeunes gens se retrouvent un jour coincé par " la maladie pulmonaire obstructive chronique " ( MPOC ) ( cela regroupe les bronchites chroniques et les emphysèmes pulmonaires ).

Le MPOC ... ou quand un jour respirer deviendra un supplice quotidien. Le corps juvénile a besoin de toute son énergie afin de pouvoir effectuer les fonctions vitales nécessaires, les poumons et le foie n'ont pas besoin de tabac ou d'alcool. Nous voyons trop souvent des adultes pour qui vivre( avec MPOC ) est devenue un enfer. Boire, associé à fumer, est peut-être très mondain, mais pour citer un oncologue: " il est très dangereux d'associer l' alcool, qui ouvre les artères, et le poison du tabac, qui se fera assimiler d'autant plus facilement. "  

Beaucoup d'enfants et de jeunes gens ont l'air beaucoup trop palot ( plutôt blêmes ) des années durant, et quand on leur en fait la remarque - ou aux parents - la réponse est d'office: " oui, mais en classe, ils sont tous pareils ". Nous constatons que ces enfants ont trop peu d'énergie et donc très peu de résistance, toutes sortes de malaises et de troubles, et en deviennent malades. En principe les jeunes gens eux-mêmes devraient prendre leur santé plus à coeur ( aller plus souvent à l'école en vélo - ne pas s'affaler devant un ordinateur). Un mode de vie sain n'est pas hélas pas toujours suffisant, s'il s'agit p.ex. d'un diabète héréditaire, mais notre thérapie parvient heureusement à procurer un secours considérable. On n'est donc pas obligé à " apprendre à vivre avec le diabète "! Toutefois, la qualité de vie peut être assez bien amélioré, si on bouge suffisamment, si on fait attention à son alimentation ( pas de produits " sans sucres ", qui regorgent de sucres synthétiques et nocifs ) et qu'on parvient à insuffler de l'énergie au corps grâce à notre traitement.

 

Notre thérapie complémentaire donnera à tous les groupes à risques ( non seulement les enfants et les jeunes ) une assistance importante, en cas de:

 

d'une part, l'assainissement du corps: il est important que les toxines en cas de maladies infectieuses, de digestion difficile ou d'un métabolisme lent, soient bien éliminés par les intestins, le foie, les reins, la peau ( transpiration ).

 

et d'autre part, l'activation de l'énergie et de la résistance du corps. Notre thérapie ne s'occupe pas à contenir les symptômes, mais elle recherce la cause, avec comme résultats: une meilleure santé et une diminution sensible des problèmes...

 

Notre expérience: l'énergie et la résistance vont toujours de pair.

 

Chaque jour, nous traitons des problèmes de résistance et de troubles digestifs, aussi bien chez les bébés que les petits, les jeunes et les adultes. Avec l'énergie qu'on donne, on stimule ces organes, qui sont directement ou indirectement responsables du maintien ou de l'augmentation de la résistance, ou bien responsables d'améliorer la digestion et le métabolisme: entre autres les reins, les intestins, la rate, le pancréas, le foie,... ( en cas de troubles du foie, le corps a moins de résistance et contient moins d'anticorps que d'habitude ).

 

Plus vite on parvient à nous emmener les enfants dès leur jeune âge, plus vite nous parviendrons à augmenter leur résistance naturelle, pour atteindre un niveau d'énergie très sain. S'ils viennent chez nous en traitement pour des infections chroniques, les parents remarquent que les enfants et les jeunes sont de moins en moins malades, en tout cas beaucoup moins grave ou beaucoup moins longtemps, bien-sûr selon l'état du malade. En cas d'asthme p.ex. nous parvenons à rendre la vie ( la respiration ) plus confortable et aisée, bien qu'il pourrait toujours y avoir certaines limites. Nous ne sommes pas des magiciens, nous essayons d'obtenir le meilleur résultat possible, dans les limites physiques du corps: nous veillons à ce qu'il y ait moins de sécrétions muqueuses, à ce qu'ils toussent moins, et qu'il y ait plus d' entrain.

 

En cas de diabète, le pancréas doit être soutenu énergiquement, afin que le corps parvienne à produire plus d'insuline et que - après quelques mois ET en accord avec le spécialiste - on pourra diminuer remarquablement l'injection d'insuline.

TOP

Le chagrin des enfants

Des enfants malades et handicapés, incompris, des enfants socialement isolés, ou dont on a abusé, ont souvent à faire avec des tensions émotionnelles, dont 3 choses nous interpellent : 

 

1. Les enfants ont besoin de temps pour digérer leur chagrin. Ce n’est pas parce qu’ils sont encore enfant et qu’ils ne comprennent pas toujours le monde et les émotions des adultes, qu’ils arrivent à passer outre plus rapidement.

 

2. Les enfants qui sont étroitement liés émotionellement avec leur parents parviennent à copier les tensions des parents dans leur propre aura, même s’ils ne sont pas encore aptes à le comprendre à leur âge. Un bébé peut avoir du chagrin, parce que sa mère en a et parce qu’il est ( énergétiquement très ) uni à sa maman ( et cela reste pareil – chez certains, qu’ils le veulent ou non - pour le restant de leur vie ).

 

3. Les enfants avec un handicap physique, et aussi ( et même surtout ) ceux qui sont mentalement limités, développent des tensions dans leur aura quand ils ressentent qu’on accepte pas ou difficilement leur handicap. Ce n’est pas suffisant que de leur donner de bons soins toute la vie durant. Un enfant avec un handicap veut se sentir reconnu, accepté et aimé par ses parents, sa famille, l’école et la société. Il est si important pour leur respect de soi qu’ils apprennent à accepter leur handicap, aidé par le soutien affectueux de tout leur environnement.


" Le bonheur d'un enfant trouve son départ dans le coeur de la mère " ( Phil Bosmans )

TOP

Les enfants d' Aquarius

A travers tout le monde ces enfants naissent en nombre croissant, afin de rehausser le niveau vibratoire de l’humanité déjà par leur seul présence et leur état de conscience plus affiné. L’humanité est en train d’évoluer de l’ère des Poissons à l’ère du Verseau.La présence de ces enfants est exigé par la Terre Mère afin de placer la société, la famille, l’éducation et même la médecine devant de nouveaux défis. Ils sont sensitifs et entrent très facilement en contact avec la nature et le monde invisible. Il ne s’agit donc évidemment pas " d’enfants qui ont des troubles psychiques et qui se sentent mal dans leur aura et qui pourraient être hypersensible ", comme le déclare à juste titre Sonia Bos dans son Cahier " La problématique de l’enfant d’Aquarius ", De Gouden Kroon 2004. Un enfant hyperactif avec des troubles de comportement ou d’apprentissage, n’est pas nécessairement un enfant d’Aquarius, ainsi qu’un enfant d’Aquarius n’est pas nécessairement un enfant hyperactif, qui ne parvient pas à se concentrer. En outre, pas tout enfant doué de dons paranormaux est un enfant d’Aquarius. Il arrive que des parents orgueilleux nous demandent à quelle " catégorie " appartient leur enfant d’Aquarius : " est-ce un enfant indigo, un enfant des étoiles, un enfant arc-en-ciel, un enfant de cristal, … ? " Il est bien mieux de ne pas les considérer comme des enfants prodigues, des enfants supérieurs ou des enfants à problèmes. Ils ont, comme tout autre enfant, leurs problèmes, leurs préférences, leurs processus d’apprentissage, leurs impertinences et leurs périodes difficiles. Comme tous les enfants, les enfants d’Aquarius sont uniques et doivent pouvoir compter sur l’amour, la compréhension, la patience, la confiance, la sincérité, l’acceptation totale et l’encouragement de leurs parents et de tout leur environnement.

 


 

TOP

TDAH, l' autisme et les allergies chez les enfants d' Aquarius

Ces " troubles " surviennent actuellement chez de plus en plus d’enfants. Pourtant il apparait que ce soient surtout les enfants d’Aquarius qui soient sensibles aux allergies ( ils ne sont pas assez implantés dans notre Terre Mère ou ils sont allergiques à notre monde pollué ), l’autisme ( un sentiment fort de ne pas être comme les autres peut mener à un isolement totale), le TDAH ( un monde frénétique ou ils perdent le nord ou dans lequel ils ne parviennent pas à se retrouver dans les conceptions pédagogiques dépassées et, pour eux, sans signification ). Chez certains on remarque une évolution mentale accélérée et chez d’autres une évolution " ralentie " ( en ce qui concerne les normes scolaires ) mais ils possèdent une bien plus grande capacité empathique. Ce qui n’est pas sincère, ni affectueux, ni pur, ou ce qui restreint leur liberté spirituelle, est de plus en plus rejeté par ces enfants - au fur et à mesure qu’ils prennent de l’âge et qu’ils deviennent spirituellement plus conscients. Ce n’est pas facile pour les écoles, ni pour les parents, de savoir comment s’y prendre avec un enfant qui confronte continuellement, et souvent inconsciemment, ses éducateurs avec les défaillances et les blocages émotionnels des adultes. Les enfants en général ne se soucient plus des règles obsolètes comme " taisez-vous, parce que je l’ai dit ". Bien sur les enfants d’Aquarius doivent aussi apprendre à trouver leur chemin dans la vie, guidés par certaines règles, limites et structures, mais ils n’acceptent plus qu’une autorité naturelle, inspirée par la sagesse et l’amour, et non l’autorité, basée sur le pouvoir. Ce que ces enfants ont en commun est une volonté particulièrement forte, une vigilance verbale ( ou non ) remarquable, une capacité de communication télépathique qu’ils veulent parfois d’abord affiner, avant qu’ils l’estiment nécessaire pour apprendre à parler. Les parents qui viennent chez nous remarquent que ces enfants préfèrent une alimentation naturelle et que les " médecines douces " leurs sont bien plus profitables ( l’homéopathie, la phytothérapie, les fleurs de Bach et aussi la guérison paranormale ). Grâce à l’énergie que nous transmettons en tant que thérapeute, nous réussissons souvent à faire diminuer, ou à faire disparaitre leurs plaintes physiques. Ces enfants se sentent plus connectés à la terre et ils se sentent de mieux en mieux dans leur peau. Leurs aptitudes mentales, émotionnelles, créatives et sociales se développent mieux et plus rapidement.

 

 

TOP

TDAH, c'est facilement dit!

Dans un courrier des lecteurs à propos de " TDAH " ( " De Standaard " – 26/02/2009), Dirk Van Duppen, médecin généraliste auprès de " La Médecine pour le peuple ", donne un commentaire à propos des 10% d’enfants qui, selon le psychiatre Dirk Deboutte, souffrent d’un trouble psychiatrique, pour lesquelles la prise très croissante de médicaments psychotropes ( ceux-ci peuvent influencer le comportement psychique ) " ne serait pas inquiétante ", selon ce même psychiatre.

 

voir l' article Néerlandais



TOP
Alle rechten voorbehouden Pierre Vreysen - Webontwikkeling en webdesign door Webdoos